06 50 46 27 02 contact@lesmarketing.fr

Il est difficile de tout mettre dans une seule métrique. Du moins, puisque la mesure du Page Rank est impossible. D’autant plus qu’il n’existe pas de mesure qui vous permettrait de compter comment un lien donné affectera la position d’une page cible dans les résultats de recherche. 

evalutationpuissanceseonetlinking 

Le “pouvoir du domaine” est une simplification très poussée. Lorsque l’on recherche des sources de liens solides pour sa campagne de netlinking, il faut tenir compte de la puissance de la page (et ici nous n’échapperons pas à l’analyse de la page, ainsi qu’à la structure du profil des liens retour : une approche qualitative, et non purement quantitative). C’est ainsi que l’algorithme du Page Rank est conçu, que la puissance est transférée entre les documents individuels, les fichiers HTML, les sous-pages. La puissance et les indicateurs au niveau du domaine sont simplement une simplification pour faciliter la sélection initiale. Cependant, il peut être déroutant, tout comme les simplifications.

La structure des liens internes et externes est cruciale

Un domaine avec un profil de backlink fort (où tous les liens mènent à la page d’accueil), à partir duquel vous ne pouvez obtenir un lien qu’à partir d’une page située à 10 clics de la page d’accueil, sera une source relativement faible de puissance. D’autre part, un domaine qui a 10x moins de liens, mais dont vous obtiendrez le lien de la page qui accumule le plus de Page Rank (par exemple la page d’accueil, mais pas nécessairement, la structure des liens internes et des backlinks en décide), donnera plus de puissance !

Indicateurs externes : flux de confiance, notation de domaine, autorité de domaine

Les indicateurs créés par des sociétés externes, qui visent à quantifier la puissance des domaines/pages comme Domain Rating (Ahrefs), Domain Authority (Moz), Trust Flow / Citation Flow (Majestic) ou Auhtority Score (Semrush) ont leurs avantages, mais ils sont aussi parfois peu fiables.

Chacun de ces paramètres peut être simplement manipulé. Elles peuvent être artificiellement spammées ou sous-estimées lorsque certaines pages de la structure bloquent les robots des outils. Toutefois, lors de l’évaluation d’une liste de domaines “normaux”, ceux-ci peuvent être pris en compte dans la sélection initiale. Surtout s’il s’agit de domaines “normaux” (blogs, portails locaux, régionaux, thématiques, etc.).

Il faut également tenir compte du fait que, par exemple, Ahrefs a aminci sa base et peut ne pas compter beaucoup de signaux pris en compte par Googlebot. En excluant les domaines des spammeurs de leur propre indice et en modifiant ainsi les composantes du Domain Rating, ils pourraient théoriquement jeter le bébé avec le bain (dans certains cas ; en général, les changements sont positifs).

Quand faut-il examiner la visibilité, et quand n’est-il pas fiable ?

Les questions liées à la visibilité, à la tendance à la hausse ou à la baisse des positions dans le Top 10, etc. Je préfère les laisser en arrière-plan. Ce sont plutôt des facteurs qui renforcent la crédibilité du domaine. Ils peuvent rendre le profil de lien dans son ensemble plus efficace à long terme. Ils réduisent partiellement le risque de dévaluation (perte de valeur) de la liaison par Gogole. Dans un sens, ils sont un test décisif de la qualité du domaine, donc indirectement ils peuvent aussi refléter sa puissance.

Je vais essayer d’expliquer ces nuances sur quelques exemples :

Lors de notre audit SEO et lorsque nous avons un profil de lien (disons 30-40 DR selon Ahrefs), avec un contenu unique et thématique (par exemple 150 articles sur un blog) mais une visibilité nulle ou très faible, je sais que quelque chose ne va pas. Soit le site est filtré (sanctionné par Google), soit seuls ses backlinks ont une valeur nulle. Nous savons alors que le lien de ce site ne nous donnera rien.

D’autre part, une page qui est liée à de nombreux services d’institutions sérieuses ayant un profil de liens fort (ministères, universités, BIP, gouvernements locaux, portails Internet, médias spécialisés, etc.) Un tel site peut ne pas être optimisé pour un mot-clé populaire, il n’aura donc ni visibilité, ni surtout trop de trafic à partir des résultats de recherche gratuits. En même temps, il accumule le Page Rank et obtenir un lien à partir d’un tel site (surtout s’il n’y a pas d’autres liens sortants) est un véritable casse-tête !

Théoriquement, vous pouvez également traiter un domaine à trafic relativement élevé résultant du classement de nombreux mots-clés de niche (non commerciales, donc sans forte concurrence). S’il n’y a pas ou peu de liens, il ne pourra pas non plus transmettre de la puissance. 

Comment choisir les domaines lors de la création de liens ?

Lorsque j’évalue la puissance des domaines, je regarde une combinaison de plusieurs indicateurs. Néanmoins, pour construire un profil de lien fiable (ce n’est pas toujours le même que le profil de lien le plus fort : surtout à court terme), c’est pourquoi je me penche en partie sur les mesures liées au trafic, à la visibilité, à l’actualité, ainsi que sur des indicateurs agrégés comme le flux de confiance ou la notation de domaine.

Les critères liés à la possibilité d’obtenir un lien dofollow (car ce sont pratiquement les seuls qui nous intéressent dans la construction de liens payants) et au nombre minimum de domaines de référence (ce niveau dépend du projet, de la concurrence, du budget et de quelques autres questions).

Les autres domaines (dans des fourchettes de prix spécifiques, qui sont en quelque sorte imposées par la réalité d’un projet donné) sont parcourus manuellement en termes de structure (éléments de navigation distribuant le Page Rank, pages d’archives, catégories, balises, etc.), ainsi que des mesures supplémentaires sous forme d’estimation du trafic, de la visibilité, etc.

Comment trouver le meilleur endroit pour incorporer son lien ?

Il est important de rappeler qu’il est impossible de trouver objectivement l’un des meilleurs domaines disponibles dans un budget limité. Lorsque je cherche des liens, je préfère regarder des tas de concurrents.

Il convient également de rappeler que le nombre de liens dofollow est l’une des mesures clés, et l’obtention de liens supplémentaires vers la même URL à partir d’un même domaine n’a généralement pas de sens (chaque lien ultérieur a une valeur moindre).

Liens internes et sortants

Vous devez également prêter attention à la structure de la page à partir de laquelle vous souhaitez obtenir un lien. S’il s’agit d’un forum, voyez ce qui se passe dans les différents fils de discussion, y a-t-il beaucoup de liens dans le contenu, dans les signatures ? Vous pouvez vérifier (par exemple avec Ahrefs) le rapport entre le nombre de domaines liés au site qui vous intéresse (domaines de référence) et les domaines liés. Si, par exemple, le service dispose de 80 RD et relie dofollow à 400 autres domaines, c’est déjà un signal qu’il pourrait ne pas donner beaucoup de puissance. Son domaine peut être signalé comme une source de liens de spamming ou simplement, être exploité et ne pas avoir trop de Page Rank à donner.

Alors comment faire ?

Je sais que je n’ai pas répondu à la question “comment mesurer rationnellement et avec une précision d’au moins 90% pour chaque cas la puissance d’un domaine donné sur lequel vous voulez inclure votre lien ou simplement évaluer un lie,”, mais j’espère avoir donné quelques conseils sur la façon d’aborder l’ensemble du processus. Bien sûr, ce n’est que mon opinion et généralement de notre agence SEO et d’autres spécialistes peuvent avoir une approche différente.

DE plus, le DR ahrefs m’a beaucoup surpris, bien que je me rende compte que parfois il montrera des absurdités pour les spammeurs, donc je ne devrais pas toujours lui faire confiance.

On sait que nous devons toujours tenir compte des aspects commerciaux également, comme la rentabilité du projet. Théoriquement, il serait possible de parcourir chaque domaine manuellement, mais avec des dizaines de liens obtenus, ce serait non rentable – cela multiplierait le coût d’acquisition du lien (coût du travail du spécialiste > coût de publication et de préparation du contenu) et rendrait l’ensemble du projet non rentable !

Sujets Connexes